Le Blog du coaching pour tous

21/02/2019

La réflexion qui s'en suit m'a été très bénéfique, c'est pourquoi je vous la propose.

Pour traverser des périodes difficiles, nous développons des stratégies nous permettant de les affronter. Identifier ces stratégies peut nous aider à les améliorer. Ces stratégies sont souvent révélées par des pensées automatiques. Une pensée automatique est une petite voix intérieure qui revient souvent et qui nous dicte des comportements associés. En se posant les questions suivantes, nous pouvons évaluer nos pensées automatiques.

1. D'une manière générale, pensez-vous que les gens qui traversent des périodes difficiles ont ce type de pensées automatiques ?

  • La situation est difficile, mais au moins, je suis lucide :

    • Plutôt oui

    • Plutôt non

  • La situation est difficile, mais au moins, je me bats :

    • Plutôt oui

    • Plutôt non

  • La situation est difficile, mais au moins, j'évite les idées noires :

    • Plutôt oui

    • Plutôt non

2. Pour ce qui vous...

Si votre conjoint vous maltraite, ne croyez plus ses déclarations d'intention, "je ne boirai plus, je ne te battrai plus, je t’aimerai mieux ... " Ce sont des ajustements marginaux de niveau 1. Si vous le croyez, vous êtes aussi dans un changement de niveau 1 (Quels bénéfices en tirez-vous ? ). Un changement de niveau 2 consiste à changer de référentiel, c'est à dire, par exemple, ... à partir !

Pour Ésope, fabuliste grec du VIème siècle avant JC, la langue est la pire ou la meilleure des choses.

Ésope ayant reçu l'ordre de son maître, Xanthos, d’acheter au marché ce qu’il y avait de meilleur, n’acheta que de la langue, "lien de la vie civile, clef des sciences, organe de la vérité et de la raison, de la prière .” Pour l’embarrasser, Xanthos lui commanda le lendemain d’acheter ce qu’il y avait de pire. Ésope, une nouvelle fois, n'acheta que de la langue, "mère de toutes les disputes, source des divisions et des guerres, organe de l’erreur et de la calomnie, du blasphème et de l’impiété.” (Larousse)

Le coaching est comme la langue. Tout dépend de l'intentionnalité de ceux qui en utilisent les outils. Si nombre de cadres et de dirigeants sont coachés, c'est que les outils du coaching sont utiles. Utiles pour qui ? Utiles pour quoi ?

Pour les organisations ? Pour les personnes coachées ? Pour les personnes managées par des cadres coachés ? Pour le profit de l'organisation ou l'écolo...

Le coaching que je vous propose vous invite à (re)penser l'environnement dans lequel vous agissez et le sens de votre action, car il sont déterminants sur votre motivation et vos résultats. N'essayez-pas, faites-le !

Si vous êtes capable de formuler une demande concrète commençant par "Je veux ...", alors vous êtes prêt pour être coaché/e. C'est votre demande qui nous guidera et les outils du coaching viendront en appui en fonction de vos besoins et de manière totalement individualisée. Ce sont vos ressources qui sont mobilisées et mises en synergie avec les outils du coaching.

Si vous êtes intéressés par le coaching et par ses outils, dans une démarche intellectuelle de connaissance ou d'apprentissage au service d'une aspiration globale de changement personnel, alors vous opterez pour la formation. Ce sont les ressources pédagogiques que vous choisissez qui vous sont transférées.

Please reload

À l'affiche

Des pensées automatiques qui libèrent ou qui enchaînent ?

21/02/2019

1/10
Please reload

Archives
Please reload

Me suivre
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Medium logo grey transparentbackground

Fondateur de PractiCoach

Siret 845 230 473 00017

  • White LinkedIn Icon
  • White Twitter Icon
  • White Facebook Icon
  • Medium logo grey transparentbackground

© Philibert de Divonne. Créé avec Wix.com

 

Skype: philibertdedivonne