Fondateur de PractiCoach

Siret 845 230 473 00017

  • White LinkedIn Icon
  • White Twitter Icon
  • White Facebook Icon
  • Medium logo grey transparentbackground

© Philibert de Divonne. Créé avec Wix.com

 

Skype: philibertdedivonne

Blog

Petite philosophie de l'autostoppeur : si on ralentissait ? et autres accords Toltèques.

June 19, 2018

Aujourd'hui, j'ai décidé de revenir d'un rendez-vous professionnel en stop. Par choix plus que par nécessité. Il fait beau, j'ai une casquette, de l'eau et de la crème solaire. Ce matin en me rendant à mon rendez-vous, j'ai entendu Matthieu Ricard parler, entre autres, de méditation. J'ai du temps aujourd'hui. Si je le prenais pour méditer ?

 

5 voitures, 30 km et 2 heures plus tard (dont 1heure et 45 minutes de marche rapide) me voici arrivé, avant que la température ne dépasse les 30°. En termes de rendement, c'est pas terrible. Du 15 km/heure de moyenne. Mais j'ai pris l'air, j'ai fait de l'exercice, j'ai médité et j'ai augmenté mon idéal.

 

Les bords de route sont, merci la fauche tardive, remplis de bouillon blanc, de fenouil, d'euphorbe, d'ail et de menthe sauvages, de trèfle, de thym, de sarriette et de nombreuses plantes aromatiques, de fleurs inconnues, de papillons et d'insectes qui offrent leur parfum, leur couleur, leur beauté, leur étrangeté et leur singularité à celui qui marche sur cet accotement de gravier bordant le ruban d'asphalte dédié aux bolides grâce auxquels l'homo œconomicus "gagne" du temps.  Cet accotement, cet "à côté" de la surface bitumée principale, sert aussi de dépotoir. L'homo détritus, pour gagner tu temps sans doute, y jette tout un tas de choses. Le meilleur de la biodiversité y côtoie le pire de la société de consommation. Le meilleur de la nature y côtoie le pire de la "culture".

 

Sur ce bord de route, frêle humain d'une masse (M) de 75 kg avançant à la vitesse (V) de 5 km/heure, je déploie une énergie cinétique EC=1/2MV² , soit 937,5 Joules, tandis que des 35 tonnes lancés à 90 km/heure traversent mon espace temps et celui de mon accotement avec leur énergie de 141 750 000 Joules. 151 200 fois plus !  Une voiture moyenne de 1200 kg roulant à 90 km/heure déploie une énergie cinétique de 4 860 000 Joules, soit 5 184 fois plus qu'un marcheur, pour aller "seulement" 18 fois plus vite. Il y a un bug quelque part. Toute cette énergie gaspillée est essentiellement de l’énergie fossile non renouvelable.

 

Tendre le pouce serait-il un acte politique ? C'est un geste, en tout cas, qui permettrait d'en dire beaucoup sur notre société, la vitesse, la mobilité, l'individualisme, la puissance (la voiture n'est-elle pas le troisième testicule de l'homme ? ) ... . C'est surtout un geste qui en dit beaucoup aussi sur soi. Il est facile en stop de bafouer le premier accord Toltèque et de maudire, voire d'insulter ceux qui, seuls dans leur grosse voiture, ne s'arrêtent pas.  Aujourd'hui j'ai augmenté mon idéal car je n'ai eu que de bonnes pensées pour ceux qui filaient à leur rendez-vous. Je les ai même mentalement encouragés à faire du mieux possible ce qu'ils avaient à faire (quatrième accord Toltèque). J'ai remercié ceux qui m'ont embarqué un instant et pris l'engagement de prendre en stop quand j'en aurai l'occasion.

 

Vous avez remarqué aussi que ceux qui ne s'arrêtent pas, s'expriment derrière les vitres fermées (climatisation oblige) de leur cage de Faraday. Ils font un geste comme pour s'excuser, semblent indiquer qu'ils ne vont pas bien loin, que la voiture est pleine, que sais-je encore ... . Quand ils ne font pas de geste, c'est un regard fuyant qui nous parvient, aussitôt interprété comme le signe évident du mépris de classe de celui qui mène rondement ses affaires vis à vis du pauvre hère (la voiture est un signe extérieure de richesse n'est-ce pas ?) perdant son temps dans un monde parallèle sans avenir et issu d'un autre âge.

En réalité, ces gestes et ces regards ne disent rien sur l'autre. Ils disent sur soi. Les interprétations ne sont que des projections, reflets de ma vision du monde et de mon état d'esprit du moment. Je ne sais rien de ce qu'a voulu signifier l'autre, je ne fais que projeter, c'est à dire nourrir les croyances que j'ai sur la supposée psychologie de "celui qui seul dans sa grosse voiture ne s'arrête pas". Cela permet de méditer sur le troisième accord Toltèque.

 

En méditant sur le bord de la route, il m'est arrivé de prendre conscience que j'en oubliais de tendre le pouce, en pensant aux gens de mon village qui me croisent ou me doublent (il y en a sûrement) en se disant certainement " Tiens, je le connais lui, qu'est-ce qu'il peu bien faire là ? Sa voiture est en panne ? etc "...  Que vont-ils penser de moi ? Dire à mon sujet ? Suis-je à ce point dépendant du regard de l'autre ? Comme je suis le centre du monde, les "gens" parlent forcément de moi et scrutent mes faits et gestes. Est-il convenable de faire du stop à mon âge ? Etc ... . Cela permet de méditer sur le deuxième accord Toltèque. 

 

Alors, vive le stop et merci à ceux qui en font et à ceux qui s' arrêtent car ils font de la politique. Et vivent la méditation et les accords Toltèques.

 

Et pour ceux qui souhaitent ralentir et/ou vivre les accords Toltèques, le coach est à votre disposition. Voir mes conditions ... imbattables !

A bientôt.

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

Des pensées automatiques qui libèrent ou qui enchaînent ?

February 21, 2019

1/10
Please reload

Archive
Please reload

Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon